Blog
Laisser un commentaire

• La vie c’est comme un carré de chocolat •

« D’autres aliments ne sont que nourriture. Mais le chocolat est le chocolat ».

Patrick Skene Catling

Qu’est-ce que le chocolat?


C’est une bouchée sucrée qui ravit sans fin nos papilles. Blanc, noir, au lait, aux noisettes, aux amandes, le choix est vaste. L’inspiration est de mise, la gourmandise, elle, toujours au rendez-vous. Cette confiserie se décline à l’infini : dans un biscuit, un gâteau ou encore une mousse, le chocolat nous fait fondre sous toutes ces formes. Toujours.

Il guide nos pas vers une exacerbation de notre gourmandise. Il peut même devenir vice. Parfois même jusqu’à nous faire dévorer une tablette dans son entièreté. Parfois, jusqu’à en avoir des maux de ventre et le regretter. Pourtant, seuls les amateurs de chocolat ou gourmands avertis pourraient en tout état de cause dire qu’il est bien ardu de se passer de ce petit plaisir sucré…


La vie c’est comme un carré de chocolat. Elle se croque, à pleines dents. Oeuvre gustative à demie mesure entre la créativité et l’art, le chocolat a le don de nous transporter en une seule bouchée. Heureux qui comme Ulysse aura constaté que cette confiserie est assimilable à la joie. Spontanée, instantanée et éphémère. Mais pas que… Alors pourquoi le chocolat? Est-ce un remède pour le bonheur? Pourquoi?

Qu’est-ce que la vie?


La vie est une succession de joie et de déceptions, c’est un long fleuve tantôt tranquille, tantôt tumultueux. Sa beauté ne se fait pas uniquement dans les moments de pleine satisfaction mais également dans les défis qu’elle comporte. Une fois relevés, la plénitude est réellement atteinte. La vie est un cadeau, une chance à saisir où il faut se battre chaque jour, et ce, en dépit des difficultés. Il faut saisir toutes les opportunités pour réellement être en phase avec elle, et ce, dans n’importe quelle circonstances. Certaines choses poussent à vivre plutôt que de simplement exister, être satisfait plutôt qu’aigri, être heureux plutôt que se morfondre… Mais quel rapport avec le chocolat en fait? En premier lieu, une simple allégorie. Celle du bonheur… En second lieu, Il convient de se demander si ce petit plaisir n’aiderait pas améliorer nos états d’âmes…

En conclusion une vie avec du chocolat, serait-elle meilleure?


En réalité, il faut commencer par dire que la vie c’est comme un carré de chocolat. Il faudrait parvenir, dans notre imaginaire collectif, à imaginer la vie de cette manière. Il faudrait se dire que chaque bouchée de ce petit plaisir cacaoté, à de quoi rendre heureux n’importe quelle âme en peine. Allégorie décalée pour certains ou petit délire pour d’autres, ce petit plaidoyer pour l’amour de la vie n’est que le fruit d’une imagination trépidante. Mais le rapport entre les deux n’est pas complètement fortuit, bien au contraire, et il convient d’expliquer pourquoi.


En réalité, rien de tel que cette petite douceur pour renouer avec les plaisirs de la vie. Elle a le don de libérer des molécules telles que la phényléthylamine et la sérotonine. Chacune d’entre elles sont proches de l’endorphine, la molécule du bonheur. Cela explique donc l’effet « coup de fouet » quasi instantané après avoir avoir mangé un morceau de chocolat. Magique…


Celui-ci ne nous laissera jamais en plan. Dans le placard, il n’attend que nous. La pâte de cacao délicieusement sucrée n’attend que d’être dévoré par nos papilles en furie. Peu importe sous quelle forme, peu importe à quel moment de la journée, peu importe comment et où… Il réconforte. Il y a un je-ne-sais-quoi qui transforme nos âmes et nos cœurs en l’espace d’un instant. Pourquoi? Difficile à dire. Une chose est sûre. En cas de profonde tristesse, de désarroi ou de déception, le chocolat aide à renouer avec nos sens perdus. Il nous redonne le sourire, du baume au cœur. Parfois, il nous redonne espoir.

Et bien… La vie c’est un peu un morceau de chocolat. Si on assimile un carré à une explosion de bonheur, pourquoi ne faudrait-il pas envisager la vie de la sorte? Y penser permet de se sortir d’un quotidien parfois trop morose, n’est-ce pas? Soyons ambitieux, soyez ambitieux, n’ayons pas peur des mots. Mangeons du chocolat jusqu’à s’en faire des brûlures d’estomac s’il le faut. Crouler sous le bonheur à cause d’un excès de chocolat, serait, il faut le dire, plutôt plaisant. L’idée prête à sourire. Alors, qu’attendons-nous? Courons acheter des tablettes, mangeons et donnons-nous en à cœur joie.

Cette entrée a été publiée dans : Blog

par

Juriste de formation et passionnée par les dessous du monde, la volonté de connaître les gens au-delà les frontières s'est imposé comme une évidence. Les voyages et la photographie sont des atouts pour raconter des histoires. Le monde est beau. Il suffit d'aller l'explorer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s